Établissement Public d'Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin du Loing

Mieux comprendre

les milieux aquatiques

 

Gestion des boisements alluviaux - Coupes sanitaires

La Chalarose du frêne et le phytophtora de l’aulne

Ces deux maladies sont dites « cryptogamiques », c’est-à-dire qu’elles sont causées à une plante par un champignon. Leur propagation, dans l’air pour la chalarose ou dans le sol et l’eau pour le phytophtora, est très rapide et se repend progressivement sur l’ensemble du bassin du Loing.

 

Exemple de nécroses observées sur le tronc d’un aulne atteint par le phytophtora

Quelles conséquences pour les arbres et les milieux ?

Les deux maladies provoquent un pourrissement du tronc, parfois invisible extérieurement, le rendant fragile et cassant. Les risques de chutes d’arbre en cas d’intempéries sont alors accrus et nécessitent des interventions préventives renforcées sur les sites susceptibles d’accueillir du public.

La progression de ces maladies met également en péril les habitats forestiers de type Aulnaie-frênaie typiques des bords de cours d’eau, qui pourraient fortement régresser dans nos vallées.

De plus, la présence de bois basculant en rivière et formant des encombres est de plus en plus importante, avec une forte attente locale en termes de gestion, parfois justifiée au vu des enjeux (ouvrages hydrauliques, pratique du canoë-kayak, voir pratique de la randonnée en bords de cours d’eau, etc.), mais aussi liée à une certaine vision de la gestion des cours d’eau et des rives, et de craintes parfois infondées.

     

 

 

 

Frênes atteints de chalarose

 

Comment gérer ces maladies ?

Il n’existe pas de solution curative mais des mesures peuvent être prises sur les sites contaminées pour ralentir la propagation de la maladie et mettre en sécurité les personnes et les biens :

  • Surveillance renforcée de l’état sanitaire des arbres à l’échelle de la vallée ;
  • Abattages préventifs uniquement en cas de danger potentiel pour les biens et les personnes ;
  • Pour l’aulne, recépage des arbres atteints pour conserver la souche et favoriser la reprise des rejets sains ;
  • Abattre les arbres lorsque plus de 50% du feuillage a disparu. Dans ce cas, les observations et décisions de coupe doivent se faire avant la chute des feuilles automnales, entre mi-Juillet et septembre,
  • Précautions sanitaires lors des travaux forestiers pour ne pas accélérer la propagation de la maladie, notamment désinfection systématique du matériel ;
  • Privilégier le mélange d'essences, si possible locales, plutôt que des plantations mono-spécifiques ;
  • Repérage et préservation des sujets asymptomatiques qui peuvent développer des résistances aux parasites.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
Accepter tous les cookies, Refuser tous les cookies, Personnaliser les cookies

En navigant sur ce site, vous acceptez les conditions générales d'utilisation et consentez à l'utilisation des cookies. En savoir plus