Établissement Public d'Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin du Loing

Mieux comprendre

les milieux aquatiques

 

Le Bassin du LOING

SIVLO
Sur le périmètre de l'EPAGE du bassin du Loing … Au 1er janvier 2019, l’ensemble des syndicats du bassin du Loing ont été dissout pour former une nouvelle structure, l’EPAGE du bassin du Loing. Auparavant, le Syndicat du SIVLO était compétent sur le bassin de l'Ouanne de Douchy - Montcorbon à Conflans sur Loing depuis sa création en 1950. Le comité de bassin Ouanne aval gère la partie aval de l’Ouanne, de Charny Orée de Puisaye à Conflans sur Loing. Près de 46 km linéaires de rivières sont gérés, sur 13 communes et un bassin versant couvrant 130 km². Les principaux affluents sur ce secteur sont le ru de Montcorbon et le Ru de la Chanteraine en rive droite ; puis ru du Cuivre et le ru des Etoits en rive gauche. La particularité de l’Ouanne sur ce secteur est qu’elle se divise en deux bras distinct jusqu’à la confluence avec le Loing.   Perturbations et objectifs    Entre 1960 et 1990, beaucoup d’aménagements ont été entrepris sur l’ensemble du bassin afin de modifier les capacités hydrauliques de la rivière. Les principaux ont été :    L’assainissement des parcelles avec la mise en place de busages  L’implantation d’ouvrages hydrauliques de type barrages  La rectification du lit de la rivière L’Ouanne est classée en liste 1 au titre de l’article L.214-17, il est nécessaire de préserver la continuité écologique sur celui-ci. Depuis les années 2000, en suivant les réglementations européennes et nationales, les travaux de restauration et d’entretien visent à reconquérir une bonne qualité des milieux aquatiques. Plusieurs travaux ont été effectués dans ce sens par le SIVLO avec notamment de l’entretien de ripisylve, la mise en place de protection de berges ou encore de la recharge granulométrique.                                                                                                           L’Ouanne est actuellement classé en bon état écologique par l’Agence de l’eau Seine-Normandie en vue des objectifs européens. Les principales actions à mener sont sur la restauration de la continuité écologique. En effet, de nombreux ouvrages transversaux entravent la libre circulation des poissons et des sédiments sur le cours de l’Ouanne.   Suite à une étude menée en 2008/2009 sur l’ensemble des ouvrages, le SIVLO s’est engagé, dans un programme pluriannuel de 5 ans, à les aménager afin de les rendre franchissables. Sur les 17 ouvrages retenus sur ce projet, 8 sont présents sur l’Ouanne (9 sur le cours du Loing).                                                                                                                  En concertation avec les différents partenaires techniques et financiers, les élus et les riverains, plusieurs chantiers ont été initiés ; à l’image des travaux sur le moulin du Bout, dans le centre de Château Renard (cf photo ci-contre).                                                                                                            Travaux réalisés sur le périmètre de l'EPAGE  Pour plus d'information sur les travaux, cliquer sur le lien suivant :   Travaux de restauration de la continuité écologique de l'Ouanne à Château Renard Travaux de restauration de la continuité écologique du Moulin du Chemin à Triguères Travaux de restauration de la continuité écologique des Rus du Cuivre et de Montcorbon à Docuhy-Montcorbon   Les actions en cours / à initier en 2019 Etude et Travaux en amont du Moulin Poussereau à Château Renard Aménagement des ruisseaux de Montcorbon et de la Fontaine des Paults à Douchy - Montcorbon Etude d'aménagement de la Fonderie de l'Ouanne à Saint Germain des Prés Etude du bassin versant du Ru du Cuivre Acquisition de zone humides sur deux secteurs de l'Ouanne  
 
SIVLO
Présentation générale Le comité de bassin de l’Ouanne Amont s’étend de la commune Les-Hauts-de-Forterre à la confluence de l’Ouanne et du Branlin au niveau de la commune de Charny-Orée-de-Puisaye. Depuis le 1er Janvier 2019, l’EPAGE du bassin du Loing porte la compétence GEMAPI sur ce territoire en lieu et place de la Régie Rivières de la Fédération des Eaux Puisaye-Forterre. Situé en tête de bassin, ce territoire est caractérisé par la naissance de nombreux cours d'eau qui vont grossir au fil des kilomètres par l'apport liquide et sédimentaire de leurs affluents. Ainsi, il existe un chevelu de cours d'eau extrêmement dense sur ce territoire mais d'autant plus sensible et fragile que ces cours d'eau sont de faible gabarit et souvent temporaires. De plus, ce sont dans ces ruisseaux que l'on trouve des espèces patrimoniales telle que l'écrevisse à pieds blancs qui fait l'objet d'arrêté de protection de biotope (APB). Son bassin versant, d’une superficie de 511 km², s’étend sur 34 communes principalement dans le département de l’Yonne. De l’amont à l’aval, on trouve en rive gauche : le ruisseau de Fontenoy le ru de Riot le Branlin : Principal affluent de l’Ouanne, ce cours d’eau prend sa source au hameau de Branlin sur la commune de Saints-en-Puisaye. Après 44 km, il rejoint l’Ouanne à hauteur du Moulin de Ponnessant sur la commune de Saint-Martin-sur-Ouanne. On peut noter une longueur totale de 10 km de bras secondaires, concentrés essentiellement en amont, et de biefs d’alimentation d’anciens moulins. Compte tenu d’une pente du cours d’eau relativement faible (1,8 ‰) et de sols hydromorphes, le bassin est caractérisé par une vallée humide présentant une biodiversité riche car encore peu perturbée. Hormis l’Agréau, les affluents du Branlin sont de très petites tailles (longueur ne dépassant pas 5 km). En rive droite, de l’amont vers l’aval, on dénombre quatre affluents de l’Ouanne qui sont : le ru de la Blarderie le ru de Maurepas   Perturbations et objectifs  Au sein de ce territoire, la plupart des masses d’eau du bassin sont impactées « moyennement » voire « fortement » en ce qui concerne le ruisseau de Fontenoy d’un point de vue morphologique et continuité de par les ouvrages présents au fil de l’eau (cas de l’Ouanne et du ruisseau de Fontenoy) et les travaux de recalibrage.   L’Ouanne est classée en liste 1 au titre de l’article L.214-17, il est nécessaire de préserver la continuité écologique sur celui-ci.   Une plaquette d’information est disponible ici.   Dans le cadre du Contrat Global Loing Amont, le bureau d'études ARTELIA a travaillé avec 17 propriétaires d'ouvrages sur les cours du Loing, de l'Ouanne et du Branlin afin de restaurer la continuité écologique. L'objectif de cette étude était d'établir un diagnostic précis de chaque ouvrage puis de proposer à chaque propriétaire plusieurs scénarios d'aménagement possibles. Ainsi, les diverses propositions d'aménagement ont été présentées aux propriétaires en juin 2017.     Actuellement, deux projets ont été retenus et sont en cours sur le Branlin :   Projet de restauration de la continuité écologique sur le cours d’eau du Branlin au niveau du moulin Rouge à Saint-Martin-sur-Ouanne Projet de restauration de la continuité écologique sur le cours d’eau du Branlin au niveau du complexe hydraulique de Mézilles     Par ailleurs, la préservation et l’amélioration de l’état chimique et biologique du cours d’eau sont également nécessaires afin d’atteindre les objectifs réglementaires.   Dans le cadre du contrat global, un appel à projets a été lancé en mai 2015 auprès des 450 éleveurs possédant des pâtures en bord de rivières afin de limiter l'accès aux berges par le bétail. La mise en défens des berges a pour objectifs de réduire les effets suivants :   la détérioration des berges et du lit ainsi que l'accélération des phénomènes d'érosion; la détérioration de la ripisylve par piétinement et abroutissement; la mise en suspension de particules fines préjudiciables au milieu et à la faune aquatique; l'apport direct au cours d'eau d'excréments qui a une incidence sur la qualité bactériologique de l'eau; le risque de problèmes sanitaires pour le bétail.   En 2019, l’EPAGE finalisera les travaux initiés sur le secteur auprès de cinq propriétaires dont trois sur ce territoire.   Les actions en cours / à initier en 2019 Travaux de mise en défens de berges Recrutement d'un maître d'œuvre pour les travaux de continuité écologique à Mézilles et préparation du marché de travaux Recrutement d'un maître d'œuvre pour les travaux de continuité écologique à Saint-Martin-sur-Ouanne et préparation du marché de travaux Diagnostic du Ru de Fontenoy  
 
SIVLO
Sur le périmètre de l'EPAGE du bassin du Loing ... Au 1er janvier 2019, l’ensemble des syndicats du bassin du Loing ont été dissout pour former une nouvelle structure, l’EPAGE du bassin du Loing. Auparavant, le Loing Aval de Souppes sur Loing à Saint Mammès était géré par le Syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion du Loing (SMAGL) depuis 1968. Aujourd’hui, l'EPAGE gère le Loing dans son intégralité, de sa source dans l'Yonne, soit de Saint Colombe sur Loing, à sa confluence dans la Seine et Marne à Saint Mammès. La particularité du Loing est la présence de nombreux moulins ainsi que l’utilisation de cette rivière pour la navigation sur certains secteurs. Le Loing aval Le bassin versant du Loing aval couvre 45 communes, essentiellement sur le département de la Seine et Marne. L’extrémité amont de ce bassin est située sur les communes de Dordives et de Château-Landon. L’extrémité aval correspond à la confluence entre le Loing et la Seine à Saint Mammès. Le Fusin et le Ru du Bignon sont les principaux affluents en rive gauche du Loing sur ce périmètre. Le Lunain et l’Orvanne sont quant à eux les principaux affluents en rive droite du Loing sur cette partie du bassin.   Perturbations Entre 1960 et 1990, beaucoup d’aménagements ont été entrepris sur l’ensemble du bassin afin de modifier les capacités hydrauliques de la rivière. Les principaux ont été :  L’assainissement des parcelles avec la mise en place de buse L’implantation d’ouvrages hydrauliques de type barrages La rectification du lit de la rivière Le Loing étant classé en liste 1 et liste 2 au titre de l’article L.214-17, il est nécessaire de préserver et restaurer la continuité écologique sur celui-ci.   Depuis les années 2000, dans le souci de respecter les réglementations européennes et nationales en vigueur (principalement la Directive Cadre sur l’Eau abrégée DCE), des travaux de restauration et d’entretien ont été réalisés afin de reconquérir une bonne qualité chimique et écologique des milieux aquatiques. Ces travaux ont été entrepris par le SMAGL (Syndicat Mixte de l’Aménagement et la Gestion du Loing). Ils ont principalement consisté à entretenir la ripisylve, à mettre en place des protections de berges, à démanteler des ouvrages bloquant la circulation des sédiments et de la faune piscicole (tel que l’ouvrage du Vieux Moulin et l’ouvrage de Portonville sur la commune de Bagneaux sur Loing). Les principales actions à mener consistent à restaurer la continuité écologique. En effet, de nombreux ouvrages transversaux (seuil, clapet, ancien moulin, vannage, déversoir, …) n’accomplissant plus leurs fonctions premières entravent la libre circulation des poissons et des sédiments sur le cours du Loing.       Les actions en cours / à initier en 2019 Entretien du Ru du Bignon Travaux complémentaires de reprise de berge suite à l'effacement de l'ouvrage de Portonville à Bagneaux sur Loing Etude de restauration de la continuité écologique du centre ville de Nemours Etude de restauration de la continuité écologique à Moret Loing et Orvanne
 
SIVLO
Présentation générale Le comité de bassin des Sources du Loing s’étend de Sainte-Colombe-Sur-Loing à la limite départementale de l’Yonne et du Loiret au niveau de Rogny-les-Sept-Écluses. Depuis le 1er Janvier 2019, l’EPAGE du bassin du Loing porte la compétence GEMAPI sur ce territoire en lieu et place de la Régie Rivières de la Fédération des Eaux Puisaye-Forterre. Situé en tête de bassin du Loing, ce territoire est caractérisé par la naissance de nombreux cours d'eau qui vont grossir au fil des kilomètres par l'apport liquide et sédimentaire de leurs affluents. Son bassin versant, d’une superficie de 268 km², s’étend sur 22 communes principalement dans le département de l’Yonne. En rive gauche du Loing, on note la présence du ruisseau du Bourdon. Entrecoupé par le réservoir du Bourdon représentant 8880 millions de m3 d’eau, ce petit cours d’eau est alimenté par l’étang de Chassin et traverse une série d’étangs sur la commune de Moutiers-en-Puisaye (dont l’étang de Guedelon et l’étang de Charmoy), avant de rejoindre le réservoir. A l’aval du réservoir, le ruisseau reprend son cours sur quelques kilomètres puis conflue avec le Loing en aval de Saint-Fargeau.   En rive droite du Loing, de l’amont vers l’aval, on trouve :   le ru de Chasserelle : plus long que les affluents rive gauche (environ 12 km de linéaire), le ru de Chasserelle, confondu a l’amont avec le ru des Coutanceries, est caractérisé par une alimentation provenant d’un réseau d’étangs et de zones humides parallèles dénommé ≪ le Grand Etang ≫ et s’étalant sur près de 3,5 km. Il traverse ensuite un paysage de cultures avant de rejoindre le Loing au niveau de la ferme de la Crapaudière en amont de Bleneau ;   le ruisseau le Beaune : dernier affluent du Loing dans sa partie icaunaise, le Beaune est alimenté par diverses sources tout au long de son parcours de 13,5 km. Il devient permanent un peu en amont de Champcevrais et se jette dans le Loing à hauteur du hameau de Saint-Eusoge entre Bleneau et Rogny-les-Sept-Ecluses.   Perturbations et objectifs Au sein de ce territoire, le Loing présente un fort potentiel d’altération de la continuité écologique dû à la présence de nombreux ouvrages sur le cours d’eau dépendants notamment d’anciens moulins. De plus, le régime hydrologique du Loing sur le secteur est influencé par la retenue d’eau du Bourdon ainsi que la rigole de Saint-Privé.   Le Loing étant classé en liste 1 et liste 2 au titre de l’article L.214-17, il est nécessaire de préserver et restaurer la continuité écologique sur celui-ci.   Une plaquette d’information est disponible ici.   Dans le cadre du Contrat Global Loing Amont, le bureau d'études ARTELIA a travaillé avec 17 propriétaires d'ouvrages sur les cours du Loing, de l'Ouanne et du Branlin afin de restaurer la continuité écologique. L'objectif de cette étude était d'établir un diagnostic précis de chaque ouvrage puis de proposer à chaque propriétaire plusieurs scénarios d'aménagement possibles. Ainsi, les diverses propositions d'aménagement ont été présentées aux propriétaires en juin 2017.     Actuellement, deux projets ont été retenus et sont en cours sur le Loing :   L’aménagement d’une rivière de contournement au droit des Jardins d’eau de Bléneau Projet de restauration de la continuité écologique sur le cours d’eau du Bourdon au niveau du Bourg de Saint-Fargeau   Par ailleurs, la préservation et l’amélioration de l’état chimique et biologique du cours d’eau sont également nécessaires afin d’atteindre les objectifs réglementaires.   Dans le cadre du contrat global, un appel à projets a été lancé en mai 2015 auprès des 450 éleveurs possédant des pâtures en bord de rivières afin de limiter l'accès aux berges par le bétail. La mise en défens des berges a pour objectifs de réduire les effets suivants : la détérioration des berges et du lit ainsi que l'accélération des phénomènes d'érosion; la détérioration de la ripisylve par piétinement et abroutissement; la mise en suspension de particules fines préjudiciables au milieu et à la faune aquatique; l'apport direct au cours d'eau d'excréments qui a une incidence sur la qualité bactériologique de l'eau; le risque de problèmes sanitaires pour le bétail.   En 2019, l’EPAGE finalisera les travaux initiés sur le secteur auprès de cinq propriétaires dont deux sur ce territoire.   Les actions en cours / à initier en 2019 Travaux d’aménagement d’une rivière de contournement au droit des Jardins d’eau de Bléneau Travaux de mise en défens de berges Recrutement d'un maître d'œuvre pour les travaux de continuité écologique à Saint-Fargeau et préparation du marché de travaux
 
SIVLO
Sur le périmètre de l'EPAGE du bassin du Loing ... Au 1er janvier 2019, l’ensemble des syndicats du bassin du Loing ont été dissout pour former une nouvelle structure, l’EPAGE du bassin du Loing. Auparavant, le Syndicat du SIVLO était compétent sur le bassin du Loing de Dammarie sur Loing à Dordives depuis sa création en 1950. Aujourd’hui, l'EPAGE gère le Loing dans son intégralité de sa source dans l'Yonne, soit de Saint Colombe sur Loing à sa confluence dans la Seine et Marne à Saint Mammès. La particularité du Loing est la présence de nombreux moulins ainsi que l’utilisation de cette rivière pour la navigation sur certains secteurs. Le Loing Amont    Le bassin versant du Loing Amont s’étend sur 22 communes. Le Loing Amont commence sont périples à Dammarie sur Loing jusqu’à Conflans sur Loing où il conflue avec l’Ouanne. Les principaux affluents sur ce secteur sont : l’Aveyron, le Milleron, le ru Simon et le ru du Dorlot en rive droite ; puis le ru du Talot en rive gauche.   Perturbations et objectifs Entre 1960 et 1990, beaucoup d’aménagements ont été entrepris sur l’ensemble du bassin afin de modifier les capacités hydrauliques de la rivière. Les principaux ont été :  L’assainissement des parcelles avec la mise en place de buse L’implantation d’ouvrages hydrauliques de type barrages La rectification du lit de la rivière  Le Loing étant classé en liste 1 et liste 2 au titre de l’article L.214-17, il est nécessaire de préserver et restaurer la continuité écologique sur celui-ci.         Depuis les années 2000, en suivant les réglementations européennes et nationales, les travaux de restauration et d’entretien visent à reconquérir une bonne qualité chimique et écologique des milieux aquatiques afin de répondre à la Directive Cadre sur l’Eau (DCE). Plusieurs travaux ont été effectués dans ce sens par le SIVLO avec notamment de l’entretien de ripisylve, la mise en place de protection de berges, le démantèlement d’ouvrage bloquant la circulation des sédiments et de la faune piscicole ainsi que de la recharge granulométrique.     Le Loing est actuellement classé en bon état écologique par l’Agence de l’Eau Seine Normandie  en vue des objectifs européens. Les principales actions à mener sont sur la restauration de la continuité écologique. En effet de nombreux ouvrages transversaux (seuil, clapet,…), ancien moulin (vannage, déversoir,…) n’ayant plus de fonctions entravent la libre circulation des poissons et des sédiments sur le cours du Loing.       Suite à une étude menée en 2008/2009 sur l’ensemble des ouvrages du Loing et de l'Ouanne, l'EPAGE s’est engagé dans la réalisation de travaux d'aménagement ayant pour but de les rendre franchissables. Ces travaux s'effectuent sur la base du volontariat.   Sur les 17 ouvrages retenus dans ce projet parmi les 80 ouvrages étudiés, 9 sont présents sur le Loing (8 sur le cours de l’Ouanne). Aujourd’hui, 3 ouvrages ont été effacés et 3 sont actuellement en cours d’étude.   En concertation avec les différents partenaires techniques et financiers, les élus et les riverains, plusieurs chantiers ont été initiés ; à l’image des travaux de reméandrage du Milleron réalisé sur la commune d'Aillant sur Milleron. (cf. photo ci-contre)                                                                                                                      Travaux réalisés sur le périmètre de l'EPAGE   Pour plus d'information sur les travaux, cliquer sur le lien suivant :   Travaux de reméandrage du Milleron  Travaux de restauration physique du Ru des Philiberts - Aillant sur Milleron    Les actions en cours / à initier en 2019 Etude d'aménagement de l'étang communal et Moulin de la Gravière (La Chapelle sur Aveyron) et de l'ouvrage des Sablons (Montbouy) Remise en place de l'Aveyron dans son cours naturels à Saint Maurice sur Aveyron Etude du seuil du Camping à Montbouy et du seuil à Conflans sur Loing Amélioration des écoulements dans Châtillon Coligny     
 
SIVLO
Présentation générale Au 1er janvier 2019, l’ensemble des syndicats du bassin du Loing ont été dissout pour former une nouvelle structure, l’EPAGE du bassin du Loing. Auparavant, le bassin du Fusin était géré par le Syndicat Intercommunal d'Aménagement du Bassin du Fusin créé par décret du Président de la République Armand FALLIERES le 8 Janvier 1913. Il regroupait à son origine 7 communes et faisait suite à une association syndicale dite « du Marais du Fusin » datant de 1851 et officialisée en 1857.   La rivière « Le Fusin » prend sa source dans les douves du Château de Barville et se jette dans le Loing à Château-Landon au Pont Canal. Affluent rive gauche du Loing, ce cours d’eau est non domanial et classé en 2ème catégorie piscicole. Le Fusin s’étend sur un linéaire de 34 kilomètres et s'étend sur 9 communes située dans le Loiret et en Seine et Marne.   Les principaux affluents du Fusin sont : Le Maurepas (en rive droite) Le Petit Fusin (en rive droite) Le ruisseau St Jean (en rive droite) Le chevelu concerne au total une trentaines de cours d’eau pour un linéaire total de 135 kilomètres.           Le bassin versant du Fusin est essentiellement alimenté par la nappe de Beauce mais également par le ruissellement des eaux de pluie. La partie amont a été fortement recalibrée. Le partie aval traverse une tourbière qui était la plus grande tourbière basique d’Europe au XIXème siècle et retrouve un profil classique de rivière avec présence de méandres et de zones humides.        Perturbations et objectifs Entre 1960 et 1990, de lourds travaux d’aménagements ont été entrepris sur le bassin du Fusin. Ces travaux d’aménagement ont consisté à curer la rivière, la recalibrer, la rectifier et à mettre en place des ouvrages hydrauliques. Ces ouvrages hydrauliques constituent une entrave à la continuité écologique (la libre circulation des sédiments et de la faune aquatique).       Travaux restaurations morphologiques et continuités écologiques Pour améliorer la biodiversité, des études ambitieuses ont été menées sur le Fusin. Deux études, une de restauration morphologique et une de continuité écologiques et sédimentaire, ont abouti à des travaux permettant une restauration morphologique des cours d’eau sur un linéaire total de 8 kilomètres ainsi qu’une réhabilitation de la continuité écologique.    Déplacement des forages proximaux Un autre projet ambitieux mené sur le bassin du Fusin a été de déplacer des forages proximaux du cours d’eau. Onze forages impactant la rivière et pouvant provoquer une baisse importante de la lame d’eau et des assecs l’été ont ainsi été déplacés.   Suite au déplacement de ces forages à 800 mètres du cours d’eau, un gain significatif pour le milieu a été observé avec notamment le non franchissement les seuils d’alerte et de crise concernant le niveau n’ont plus été franchis sur le bassin. Ce phénomène était récurrent avant le déplacement de ces forages.   Restauration de champs d'expansion de crue  L’autre opération phare a été la réhabilitation et la restauration d’une zone humide sur la commune de Château-Landon. Ce projet a permis la réhabilitation de champs d’expansion de crues. De plus, un sentier de découverte sur le rôle des zones humides a été améanagé.    Travaux réalisés sur le périmètre de l'EPAGE Pour plus d'information sur les travaux, cliquer sur le lien suivant :   Travaux d'aménagement de la zone humide des "Prés Patouillats" Travaux de restauration hydromorphologique du Fusin à Barville en Gâtinais   Actions en cours / à initier en 2019 Gestion de la zone humide de Château Ladon Travaux de suppression de deux clapets à Corbeilles en Gâtinais Gestion de la Renouée à Barville en Gâtinais Etude de restauration hydromorphologique du Maurepas à Corbeilles en Gâtinais 
 
SIVLO
Présentation générale    L’Orvanne, affluent rive droite du Loing, se jette dans ce dernier sur la commune de Moret-Loing-et-Orvanne. Le linéaire du cours principal de l’Orvanne est de 40 km environ (30 km en Seine-et-Marne et 10 km dans l’Yonne). Elle prend sa source sur la commune de St-Valérien, dans le département de l’Yonne où elle traverse les communes de Dollot et Vallery avant de pénétrer en Seine-et-Marne.  Dans l'Yonne : Saint-Valérien Dollot Valery                                                                                                                                                  Dans la Seine et Marne : Blennes Diant Voulx Thoury-Ferrottes Flagy Dormelles Villecerf Moret-Loing-et-Orvanne   Le principal affluent de l’Orvanne est l’Orval alors que le réseau hydrographique total représente environ 61 km.   D’une superficie totale de 231,4 km², le bassin versant de l’Orvanne se situe pour 118 km² sur le département de la Seine-et Marne et pour 113,4 km² sur le département de l’Yonne pour la partie amont et couvre 35 communes en partie ou dans leur totalité. Le territoire du bassin versant de l’Orvanne est essentiellement agricole et l’urbanisation est principalement développée dans la partie aval (Moret-Loing-et-Orvanne), concentrant 57 % de la population totale.   Le périmètre de l'EPAGE du bassin du Loing... Au 1er janvier 2019, l’ensemble des syndicats du bassin du Loing ont été dissout pour former une nouvelle structure, l’EPAGE du bassin du Loing. Auparavant, l'Orvanne était géré par le syndicat mixte d’études et d’aménagement de la vallée de l’Orvanne (SMEAVO) depuis 1968. Regroupant 11 communes, le syndicat était la structure gestionnaire du cours principal de l’Orvanne. L’Orval, principal affluent de l’Orvanne, était géré par la communauté de communes du Gâtinais dans sa partie icaunaise et par le SMEAVO dans sa partie aval, seine-et-marnaise.   Perturbations et objectifs   Le fonctionnement hydrogéologique du bassin versant de l’Orvanne est fortement influencé par sa nature crayeuse. L’eau qui s’infiltre sur les reliefs encadrant les vallées dans le réseau souterrain émerge au niveau de sources en bordure de plaine alluviale ou en fond de vallée : source de l’Orvanne sur la commune de Saint-Valérien, Fontaine Mouchard et Fontaine Boileau en amont de Dollot, sources près de Bichot et près des Moines sur la commune de Blennes, source du Ru de la Fontaine à la Vallée de Dormelles, sources de l’Abîme et Ru des Bouillons sur la commune de Dormelles, … L’Orvanne et l’Orval sont directement alimentés par ces émergences et la nappe d’accompagnement de ces cours d’eau l’est également par ces émergences visibles ou masquée par les formations alluviales. L’Orvanne est classé comme masse d’eau dont l’objectif de bon état chimique est fixé à 2015 tandis que pour l'état écologique l’échéance à 2021 est requise pour l'atteinte du bon état. Sur la base des données de 2013-2018, l’état écologique de l’Orvanne est moyen et présente toujours un mauvais état chimique. Concernant l’Orval, l’objectif de bon état chimique est fixé à 2015 tandis que pour l'état écologique l’échéance à 2027 est requise pour l'atteinte du bon état. Sur la base des données de 2013-2018, l’état écologique de l’Orval est médiocre et présente toujours un mauvais état chimique. L’Orvanne est classé en liste 2, de sa source à la confluence avec le Loing. Les cours d'eau ou canaux mentionnés au 2° du I de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sont ceux sur lesquels tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé dans un délai de cinq ans après la publication de la liste en annexe selon les règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant pour assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.        Les actions en cours / à initier en 2019    Etude de restauration de la continuité écologique à Thoury-Ferrottes (77) ; Etude de restauration de la continuité écologique sur l’Orval (77-89).
 
SIVLO
Présentation générale    Le Lunain, est un affluent en rive droite du Loing situé au Nord-est du bassin du Loing et représentant un linéaire d’environ 120 km (cours principal et affluents). Il prend sa source sur la commune de (Yonne) et conflue avec le Loing sur la commune de Moret-Loing-et-Orvanne. Son bassin versant, d’une superficie de 260 km², s’étend sur 32 communes ; 13 situées dans le département de l’Yonne et 19 dans le département de Seine-et-Marne. Le Lunain traverse le territoire de quinze communes, citées ici d'amont en aval : Dans l'Yonne :    Egriselles-le-Bocage     Courtoin La Beliole Saint-Valérien Montacher-Villegardin Chéroy                                   Dans la Seine et Marne :  Vaux-sur-Lunain Lorrez-le-Bocage Paley Nanteau-sur-Lunain Treuzy-Levelay Nonville La Genevraye Villemer Moret-Loing-et-Orvanne Le territoire du bassin versant du Lunain est relativement homogène avec une forte dominance agricole (environ 75%). Située au cœur du Bassin Parisien, la vallée est creusée dans des formations crayeuses, formations altérées lorsqu’elles affleurent. Compte tenu des caractéristiques hydrauliques et hydrogéologiques du bassin versant, il peut être découpé en 3 zones : L’amont du bassin jusqu’à Montacher-Villegardin = zone de sources :  rivière pérenne alimenté par la nappe de la Craie et autres sources ; La partie centrale du bassin entre Montacher-Villegardin et Lorrez-le Bocage-Préaux = zone de pertes : la Craie affleurante est marquée par un réseau karstique qui se caractérise en surface par la présence de bétoires (ou pertes). Les eaux superficielles et notamment le Lunain, dont le cours est par conséquent intermittent. L’aval du bassin = zone de résurgence : les résurgences à l’aval de Lorrez-le-Bocage-Préaux, réalimentant le Lunain, qui devient à nouveau permanent.   Sur le périmètre de l'EPAGE du bassin du Loing ... Les structures gestionnaires du bassin du Lunain jusqu’au 31 décembre 2018 étaient les suivantes : La Communauté de communes du Gatinais en Bourgogne pour la partie amont. Elle existe depuis le 1er janvier 1998. Le Syndicat Intercommunal d’Aménagement et d’entretien du Haut Lunain créé le 30 mai 1986. Il regroupait les communes de Blennes, Chevry-en-Sereine et Vaux-sur-Lunain. La commune de Lorrez-le-Bocage puis celle de Paley y ont adhéré le 10 juillet 1987. Ce syndicat avait pour objet l’aménagement et l’entretien du Lunain sur le territoire des communes adhérentes. La Communauté de communes Moret-Seine-et-Loing créée le 1er janvier 2002, la communauté de communes Moret-Seine-et-Loing a récupéré la compétence rivière sur le territoire de l’ancien Syndicat d’Aménagement du Bas Lunain qui en avait la charge depuis 1991.   Au 1er janvier 2019, la totalité des syndicats existants sur le bassin du Loing a été dissous pour donner naissance à une nouvelle structure, l’EPAGE du bassin du Loing, reprenant la compétence GEMAPI sur tout le bassin.     Perturbations et objectifs Le Lunain est classé comme masse d’eau, dont l’objectif de bon état écologique est fixé à 2021 tandis que pour l'état chimique un report d'échéance à 2027 est requis pour l'atteinte du bon état. Sur la base des données de 2013, le Lunain est dans un état écologique moyen et présente toujours un mauvais état chimique. Le Lunain est classé en liste 1 sur le tronçon identifié comme réservoir biologique par le SDAGE, c’est-à-dire de Lorrez-le-Bocage à la confluence avec le Loing à Episy. Ce classement interdit la construction d’ouvrage pouvant constituer un obstacle à la continuité écologique sur le Lunain.    Le bassin versant du Lunain est concerné par la zone Natura 2000 « Rivières du Loing et du Lunain » qui est désignée au titre de la directive « Habitat, Faune et Flore ».L’un des réservoirs biologiques sur le site Natura 2000 « Rivières du Loing et du Lunain » est « Le Lunain (le lit principal uniquement) depuis le pont de la départementale 219 (commune de Lorrez-le-Bocage-Préaux) jusqu’à sa confluence avec le Loing. La désignation du site repose sur la présence des habitats et des espèces animales suivantes : Lamproie de Planer, Loche de rivière, Chabot, Bouvière, Grande alose ; Mégaphorbiaies (hélophyte) ; Rivières à Renoncules (hydrophyte).   Les actions en cours / à initier en 2019    Etude de restauration de la continuité écologique au droit du Moulin de la Coutière sur la commune de la Genevraye (77) ; Etude de restauration de la continuité écologique au droit de la pisciculture de Gratereau sur la commune de la Genevraye (77) ; Travaux de renforcement des berges sur la commune de Montacher-Villegardin (89).
 
SIVLO
  Sur le périmètre de l'EPAGE du bassin du Loing… Au 1er janvier 2019, l’ensemble des syndicats du bassin du Loing ont été dissout pour former une nouvelle structure, l’EPAGE du bassin du Loing. Auparavant, le Syndicat du SIVLO était compétent sur le bassin du Loing de Dammarie sur Loing à Dordives depuis sa création en 1950. Aujourd’hui, l'EPAGE gère le Loing dans son intégralité de sa source dans l'Yonne, soit de Saint Colombe sur Loing à sa confluence dans la Seine et Marne à Saint Mammès. La particularité du Loing est la présence de nombreux moulins ainsi que l’utilisation de cette rivière pour la navigation sur certains secteurs.     Le Loing Médian Le bassin versant du Loing Médian s’étend sur 28 communes, il commence son périple à Conflans sur Loing et le termine à Dordives. Les principaux affluents sur ce secteur sont : le Puiseaux, le Vernisson, le Solin et la Bezonde en rive gauche ; puis l’Ouanne la Créssonnière, la Cléry et le Betz en rive droite.    Perturbations et objectifs Entre 1960 et 1990, beaucoup d’aménagements ont été entrepris sur l’ensemble du bassin afin de modifier les capacités hydrauliques de la rivière. Les principaux ont été :  L’assainissement des parcelles avec la mise en place de buse L’implantation d’ouvrages hydrauliques de type barrages La rectification du lit de la rivière.  Le Loing étant classé en liste 1 et liste 2 au titre de l’article L.214-17, il est nécessaire de préserver et restaurer la continuité écologique sur celui-ci. Depuis les années 2000, en suivant les réglementations européennes et nationales, les travaux de restauration et d’entretien visent à reconquérir une bonne qualité chimique et écologique des milieux aquatiques afin de répondre à la Directive Cadre sur l’Eau (DCE). Plusieurs travaux ont été effectués dans ce sens par le SIVLO avec notamment de l’entretien de ripisylve, la mise en place de protection de berges, le démantèlement d’ouvrage bloquant la circulation des sédiments et de la faune piscicole ainsi que de la recharge granulométrique. Le Loing est actuellement classé en bon état écologique par l’Agence de l’Eau Seine Normandie  en vue des objectifs européens. Les principales actions à mener sont sur la restauration de la continuité écologique. En effet de nombreux ouvrages transversaux (seuil, clapet,…), ancien moulin (vannage, déversoir,…) n’ayant plus de fonctions, entravent la libre circulation des poissons et des sédiments sur le cours du Loing. Suite à une étude menée en 2008/2009 sur l'ensemble des ouvrages, le SIVLO s'est engagé dans un programme pluriannuel de 5 ans, à les aménager afin de les rendre franchissables. Sur les 17 ouvrages retenus sur ce projet parmi les 80 ouvrages étudiés, 9 sont présents le Loing (8 sur le cours de l’Ouanne). Aujourd’hui, 3 ouvrages ont été effacés et 3 sont actuellement en cours d’étude.   En concertation avec les différents partenaires techniques et financiers, les élus et les riverains, plusieurs chantiers ont été étudiés ; à l’image des travaux réalisés sur le déversoir de la Vallée situé entre Girolles, Cepoy et Fontenay sur Loing. (cf. photo ci-contre)                                                                                                                                             Travaux réalisés sur le périmètre de l'EPAGE   Pour plus d'information sur les travaux, cliquer sur le lien suivant :   Effacement du déversoir de la Vallée sur le Loing entre Cepoy, Girolles et Fontenay sur Loing   Effacement du déversoir de l'Ancien Moulin à Châlette sur Loing   Travaux de renaturation du Loing suite à l'effacement du déversoir de l'Ancien Moulin à Châlette sur Loing   Les actions en cours / à initier en 2019 Maîtrise d'oeuvre pour la restauration de la continuité écologique du Moulin Neuf à Cepoy  Maîtrise d'oeuvre pour la restauration de la continuité écologique du Barrage de la Retournée à Fontenay sur Loing Maîtrise d'oeuvre pour l'aménagement des ouvrages hydrauliques du Lac des Closiers à Montargis    
 
SIVLO
  Présentation générale   La Bezonde prend sa source en forêt d’Orléans sur la commune de Boiscommun à la « Fontaine Fischer ». Sa confluence avec le Loing est interceptée par le canal d’Orléans à Sainte Catherine sur la commune de Pannes. Affluent rive gauche du Loing, ce cours d’eau est non domanial et classé en 2ème catégorie piscicole. La Bezonde s’étend sur un linéaire d’environ 30 km et traverse les communes suivantes :                                                 Boiscommun                                      Ladon                                               Nesploy                                     Villemoutiers                                               Quiers sur Bezonde                                     Saint Maurice sur Fessard                                               Ouzouer sous Bellegarde                                     Pannes   Le bassin versant de la Bezonde est alimenté sur son tiers amont par les eaux de ruissellements de la Forêt ainsi que par la nappe de Beauce sur sa partie aval. La Bezonde et ses affluents prennent naissance en forêt d’Orléans puis traversent des zones agricoles où sont cultivés diverses céréales ainsi que des oléoprotéagineux. Les principaux affluents de le Bezonde sont : Le Huillard et la Motte-Bucy (rive droite) La Poterie et le Pontet (rive droite) Le Limetin et le Dandelot (rive droite)         Sur le périmètre de l'EPAGE du bassin du Loing... Au 1er janvier 2019, l’ensemble des syndicats du bassin du Loing ont été dissout pour former une nouvelle structure, l’EPAGE du bassin du Loing. Auparavant, le Syndicat du SIVLO était compétent sur la globalité du bassin de la Bezonde suite à la fusion avec le Syndicat de la Bezonde en 2014. Le Syndicat de la Bezonde a été fondé en 1938, il regroupait à l’époque 9 communes sur la seule vallée de la Bezonde. Le périmètre du Syndicat fut étendu aux vallées du Huillard dans les années 1940, de la Poterie et du Limetin par la suite.           Perturbations et objectifs                      A l’origine de sa création, le Syndicat s’était donné pour priorité « l’assainissement agricole » (mentionné dans les statuts originaux).    Il faut comprendre dans le terme « assainissement agricole » le fait de pouvoir cultiver en maîtrisant les cours d’eau (crues, zones inondables, zones humides…). Ces travaux ont pris une dimension particulière à la fin des années 1970, et pendant les années 1980, périodes durant lesquelles de grands travaux à l’aide d’engins de chantiers ont été réalisés.    Ces travaux étaient destinés à limiter l’impact des crues, notamment dans la traversée des agglomérations de Bellegarde et de Ladon.   Des ouvrages hydrauliques (barrages) ont également été installés pour compenser le sur-élargissement des cours d’eau, constituant ainsi une entrave à la continuité écologique (libre circulation des sédiments et de la faune aquatique).  Lors des périodes les plus sèches, le cloisonnement des rivières peut entraîner des ruptures d’écoulement.           En amont de chaque ouvrage la stagnation et le réchauffement de l’eau peuvent entraîner des risques d’assecs en aval, et des mortalités piscicoles conséquentes.         Les modifications physiques des rivières du bassin de la Bezonde ont également eu pour impact d’accélérer la vitesse des écoulements vers les communes situées en aval lors de fortes précipitations.           L’augmentation des vitesses d’écoulement accentue également des érosions de berges fragilisant l’équilibre des milieux aquatiques.        Depuis les années 2000, en suivant les réglementations européennes et nationales, les travaux de restauration et d’entretien visent à reconquérir une bonne qualité chimique et écologique des milieux aquatiques afin de répondre à la Directive Cadre sur l’Eau (DCE). La Bezonde à un objectif d’atteinte du bon état écologique de sa masse d’eau d’ici 2021.   Pour atteindre ces objectifs, des travaux de restauration et de renaturation ont déjà été réalisés sur certaines communes.   En 2006, sous l’impulsion des services de l’état, le syndicat met en place une déclaration d’intérêt général. C’est un outil réglementaire légitimant la dépense d’argent public sur des terrains privés (rivières non domaniales) Cette DIG regroupait 4 grands types de travaux : Travaux de restauration d’annexes hydrauliques (lutte contre les inondations, restauration de frayères…) Travaux de protections de berges en génie végétal Travaux de renaturation (aménagements piscicoles…) Travaux de suppression et d’aménagements d’ouvrages hydrauliques   Travaux réalisés sur le périmètre de l'EPAGE   Pour plus d'information sur les travaux, cliquer sur le lien suivant :   Renaturation de la Bezonde à Ladon Travaux d'aménagement d'une zone humide sur la commune de Quiers sur Bezonde     Exemple de travaux de restauration sur le bassin de la Bezonde Restauration de la continuité écologique et morphologique de la Bezonde à Quiers sur Bezonde en 2008     Réalisation de pièges à sédiments sur la Bezonde à Pannes en 2009     Protection de berge en génie végétal et renaturation du Huillard à Presnoy en 2010     Protection de berge en génie végétal sur la Bezonde à St Maurice sur Fessard en 2011   Les actions en cours / à initier en 2019 Maîtrise d'oeuvre pour l'aménagement des ouvrages de Villemoutiers et Chailly en Gâtinais Travaux de restauration de la continuité écologique sous le pont de la RD2160 à Saint Maurice sur Fessard Travaux de débusage et de renaturation de la Bezonde à Nesploy Restauration de la végétation des berges du Huillard amont et de la Motte Bucy amont Etude visant à restaurer les zones d'expansion de crue et développement d'un programme d'actions